vendredi 21 avril 2017

Coup de gueule infi' #30 : 2€20 la prise de sang.






- Ouais, bah je vais reprendre un carré de chocolat moi…


Je me suis levée du canapé en emmenant avec moi l’emballage vide de la tablette de chocolat et j’ai laissé le comptable débuter le bilan annuel de mon conjoint. 
Il venait de terminer l’explication tout en chiffres de mon année de travail d’infirmière libérale. Et pour une dyscalculique comme moi, cette séance annuelle s’apparentait à une quasi-torture des méninges que seul le chocolat savait calmer. Des nombres et des pourcentages dans des colonnes. Des lignes et des courbes pour comparer N avec le N-1 de mon activité et de celles des autres libéraux. L'angoisse.
Et puis en bas du diaporama, il y avait un chiffre. Il m’avait fait l'effet d'une pichenette derrière ma deuxième tête, celle de droite. L'une de celles de la bête à deux têtes que moi, infirmière libérale j'avais souvent l'impression d'être :


- 3€62. Quand tu soignes tes patients et que tu gagnes 10€, en réalité tu n’empoches que 3€62 net…


J’ai repris un carré de chocolat. Appuyée contre le plan de travail de ma cuisine, ma tête de droite, celle qui calcule, celle qui veut savoir si c'est rentable, a pris un papier et mon portable. Je me suis mis en tête de calculer ce que me rapportait réellement une prise de sang à 6€08. Produit en croix... Ma tête de gauche a pris le dessus. Elle c'est la voisine, celle qui bosse uniquement avec le cœur, peut importe combien elle perd, peut importe l'heure, elle soigne quitte à y perdre parfois des petits bouts de palpitant. "C'est pas si important combien ça rapporte au final, non ? On s'en fiche, tu vis convenablement".  Fronçage de sourcils. Carré de chocolat. Calcul sur le portable…
 

2€20. Bam. 


Je me suis gratté le coté droit du crâne. 

J’ai repensé à la prise de sang de l’impossible la semaine précédente. Une dame chimiotée jusqu’à la racine des cheveux qu’elle n’avait plus et des veines minuscules et fragiles avec lesquelles il fallait batailler en douceur pour récupérer trois petits tubes de sang. J’y avais passé trente minutes. Parce qu'il fallait prendre le temps. Parce qu'on ne prélève pas une patiente avec un cancer qui bouffe le ventre comme n'importe quelle autre. Trente minutes de mon temps pour 2€20 net la demi-heure."T'avais qu'à y passer moins de temps et tu aurais été rentable !". Ma tête de gauche n'a pas aimé la réflexion de sa voisine de droite...


J’ai repensé à ce patient à qui j’avais prélevé un bilan complet au cabinet trois jours plus tôt. La veine au pli de son coude était nickel, mais j’y avais quand même passé du temps. Parce qu'il venait de m’apprendre que sa femme avait été hospitalisé la veille et que ce n’était pas bon, vraiment. Inquiet le monsieur, et moi, j’avais donc pris le temps. Dix minutes en plus sur ma tournée. Pas pour le rassurer avec des mots maladroits non, juste pour l’écouter me parler d’elle. De celle que je connaissais si bien, de celle pour qui il s’inquiétait tellement. Mon temps, mes oreilles et un peu de mon cœur pour 2€20 ce matin là accompagné d'un bouquet de muguet offert et qui m'avait beaucoup touché. Ma tête de droite avait passé la carte vitale, ma tête de gauche avait attendu un peu avant de réclamer le paiement. Ma tête de gauche était contente d'avoir le temps, ma tête de droite s'est dit que gagner un bouquet de fleur allait égayer le reste de la tournée en saturant l'habitacle de la voiture d'une odeur parfumée. Tout le monde était content.

J’ai repensé à cette gosse de quatre ans. Une première prise de sang, la toute première de sa vie d’enfant. J’ai essayé, en douceur avec mon garrot dinosaure de faire ressortir la minuscule veine du pli de son tout petit coude. J'ai essayé avec deux trois jeux de mots aussi foireux que ces veines de faire ressortir un sourire sur le visage crispé de l'enfant, mais rien. Pas de sang. Pas de sourire. Nada. Trente minutes de mon temps pour… Rien en fait. Puisque " Pas de sang, pas d’argent ! ", c’est la règle. Ma tête de droite n'avait pas trouvé ça juste, ma tête de gauche non plus lorsqu'elle avait entendu le père me répondre "Et bien, faites ce que vous avez à faire et trouvez là sa veine, moi je ne vais pas au labo !!". Mes deux têtes se sont mis d'accord : le temps donné et le soin foiré n'étaient reconnu en rien...


Je suis retournée dans le salon avec ma tablette de chocolat et un mug de thé chaud :


- Mais comment ça se fait que je touche si peu ? C’est même pas la moitié de ce que je facture, je comprend pas... !
- Et bien, sur les 10€ de soins que tu gagnes, tu dois enlever les frais de ton cabinet, sa location et ses charges et puis tes charges perso comme le carburant de ta voiture. Mais il y a aussi ton assurance professionnelle pour te couvrir en cas d’arrêt, tes cotisations à l’URSSAF, ta caisse de retraite obligatoire et puis il y a les prélèvements sociaux… 


D'un coup, j'ai eu mal au crâne. Je pensais que c'était le trop plein de chocolat ou tous ces chiffres. Le comptable a continué :



- En gros, si tu devais commencer ton année de travail en Janvier, tu pourrais estimer réellement commencer à travailler pour toi à partir de la fin août. 

Non. En fait la douleur était la sensation du choc entre la tête empathique de gauche et la tête pragmatique de droite. Parce que normalement, entre les deux il y a la couche fine de mes revenus. Celle qui te dit "Oui tu prends le temps, mais regarde, tu es rémunérée pour ce que tu fais donc tout va bien !". La couche s'est amoindrie lorsque je me suis rendue compte que 60% de ce que je facturais partait en charges. 40%, ce n'est finalement pas très épais pour combler l'espace entre mes deux têtes qui ont pourtant besoin l'une de l'autre pour travailler sans s'entrechoquer.




14 commentaires:

Anonyme a dit…

Ben heureusement que j'ai une une mutuelle car moi non plus defois j'aurais pas les 2e20 car le smic qui n'augmente pas 1124e loyer 520e les assurances le gaz électricité comme tout le monde reste plus rien

Stéphanie ELCHINGER a dit…

Parce que vous imaginez que de ces fameux 2e20 elle a deduit son loyer, ses assurances perso, son gaz et son électricité ?

Non ces 2e20 c'est son reste net, son salaire, ce qu'elle est payé une fois des charges PRO déduites, souvent pour une demie heure ! Soit 4e40 pour l'heure.
C'est la moitié de votre smic horaire qui n'augmente pas... Et avec cela elle doit, comme tout le monde, payer son loyer, son gaz, son électricité, son assurance 😉

Anonyme a dit…

c'est dommage vous n'avez pas précisé votre salaire net total à la fin de l'année !!!

Unknown a dit…

C'est bien beau tout cela mais combien gagnez vous annuellement en net en moyenne?Car vous faites beaucoup de patients en une journée et pas que des prises de sang.

Unknown a dit…

Ceci dit je trouve que votre récit est très bien construit et joliment écrit.

Anonyme a dit…

Et à quelle heure se lève ses infirmière et le nombre d'heures qu'elle y passe et les weekends et les jours fériés ce ne sont pas des salariés je suis le mari d'une infirmière

Anonyme a dit…

Être infirmière libérale c'est se lever tôt, rentrer tard, gérer maintes choses, c'est aussi des conditions de travail souvent pénibles et peu de temps pour sa vie de famille. Et pour bien gagner sa vie il faut cravacher!!

Anonyme a dit…

Les commentaires de certains me donnent la nausée! Mais tant pis je fais ce bouleau avec le coeur peu importe les chiffres et les comparaisons! On n a qu une vie alors vivons la pleinement avec conviction! Une infirmière fatiguée mais heureuse��

stean a dit…

c'est le problème des professions liberales qui supportent les charges salariales et patronales. Une grande partie de ces charges nous assure couverture, route, retraite etc... et un salarié le voit moins. Il paye 25% de charges et son patron 45%, impôts non déduits. Après on peut faire comme aux US, chacun paie ce qu'il veut, mais pas de couverture en cas de problème. Chacun pour soi et vivent les riches, malheurs aux pauvres.
Néanmoins pour que les gens pauvres puissent faire appel aux professions de santé il faut des caisses de cotisations, c'est la solidarité, bien que de ce côté les professions libérales soient peu couvertes j'en conviens.
Pourquoi croyez vous que la majeure partie des professions libérales vote à droite? Parce que justement elles ne peuvent concevoir les cotisations sociales comme un bien pour tous, et c'est humain.
Il y a du boulot pour ré-expliquer le système premier de la sécu et des impôts. Depuis les années 80, l'argent est porté aux nues par tous nos médias et politiques, donc on baigne dans cette ambiance et on perd de vue le bien commun.

fabien rochet a dit…

je me presente fabien je suis coiffeur a mon compte,
je voudrais m adresser aux anonymes afin de prendre juste un peu la defense de caroline qui aurais pu le faire toute seul mais bon
je propose a ces gens de regarder l emission qui est sur youtube dans les yeux olivier les infirmiere ....
car pour 750 euros par semaines et quinze jours de boulot intense fatigante ou vous etes sur les routes toute la journée
avec un bac + 3 pensez vous qu il y a une reconnaissance quand on se tape plus de 60 H de boulot sur la semaine pour 750 euros par semaine
votre vision etriqué de l argents vous empeches reellement voir comprendre ce qu'elle vivent
a savoir qu'une infirmiere a l hopital percoit en debut de carrière 1750 euros brut sois charge a 25 % a peine 1400 euros
pour les nuits , les 12 H sans pouvoir des fois manger les dimanches car les dimanches sont aussi travaillé a l hopital sans majorations de salaire pour soigné vos migrainne qui aurait pu passer avec un ibuprofene et du café , aller aux toilettes et j en passe
des conditions de travail et de vie assez stressante et usante
vous enviez toujours son salaire de 1500 euros
avec un diplome de niveau bac j arrive a en gagné 500 de plus pour une vie de famille
je suis tres admiratif de ce quelle donne
heureusement quelle sont la

mimia a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
mimia a dit…

Je suis ahuri par les commentaires que je lis... au lieu de comparer que le salaire d'une infirmiere avec celui d'un salarié au smic, ne devrait pas comparer aussi la penibilité du travail, une infirmiere se devou corps et âme pour son metier et il faut voir la force physique pour soutenir un corps fatigué! Et n'oublions pas la responsabilité qu'ont les infirmières sur leurs épaules chaque jours, faire face quotidiennement a la solitude de patient et à la souffrance sans se laisser détruire par tous ça c'est pas donné à tout le monde ! c'est aussi des personnes qui vont être la seule compagnie de personnes agées et qui peuvent leur sauver la vie en étant les premieres sur place et en pouvant voir si quelques chose ne va pas. Alors comment peut-on comparer le salaire des infirmieres et d'un salarié au smic, sans comparer la pénibilité physique et psychique que le métier représente?

Unknown a dit…

Certain commentaire aberrant, certaine personne ne se rendent vraiment pas compte combien le travail d'infirmière est difficile, et se permettent de comparer un smic avec le salaire du personne qui donne corps et âme à son travail. Est-ce normal que l'on donne aussi peu de reconnaissance à cette profession? Non je ne crois pas, car oui ces infirmière sont confrontées à la maladie, à la détresse de certain, à la mort, aux manque de respect de certain patient (et oui certain ne se gêne pas pour faire des réflexions). Parfois elles n'ont même pas le temps de prendre une pause dans la journée pour manger, elle consacre leur vie à leur patient et ont peu de temps pour leur famille. Et on ose comparer le salaire d'un smic à celui d'une infirmière qui n'a pas son dimanche, qui n'a pas une minute à elle dans la journée, qui rentre après 20h le soir et qui n'a aucun jour férié et peu de vacance. c'est un HONTE. Alors oui vous voulez sont salaire alors prenez toutes les contraintes qui vont avec.

Anonyme a dit…

Bonjour....je travaille pour un grand nom de l'assurance...
Alors...laissrz moi vous dire, chers salaries...que vous etes, par le systeme chouchoute. Vous n avez pas envie de travailler...oj un petit rhume...vous pouvez vous afreter.. Certew y a des carences...avant d avoir le maintien de salqire mais finalement si peu. C est d ailleurs ce qui fait que beaucoup s arretent pour un oui ou pour un non.......et s enfichent des consequences.. Une infirmiere...si elle s arrete...c est qu elle est quasiment a l'article de la mort. Parce qu elle...un rhume, une entorse, un bras casse...si pas de prevoyance correcte...elle touche zero.
Chers salaries...vous etes aussi chouchoutes pour vos horaires. Certew...y en a qui travaillent de nuit...de jours..parfois les we. Les infirmieres...ce sont juqte des rythmes de fou!!! Vous rentrez chez vous et cous pensez a vos malades. Vous etes en vacances vous pensez a vos patients aussi.vous dormez peu...vivez peu...parce que vos horaires sont des horaires de fous.
Alors oui a la fon du mois je constate des revenus largement au dessus de la moyenne francaise.... Mais elles sont aussi a des annees lumiere du nombre d heures moyen francais. Pas de rtt...etc. Pas de journees enfant malade ou que sais je encore.

Je ne parle meme pas des responsabilites envers les patients...de la decharge de souffrances, de douleurs, de tristesse d angoisse qu elles se prennent ne permanence.........

Alors j ai simplement une petite question par rapport aux.commentaires qui m'ont agacee...alors que je ne suis pas infirmiere...
Puisque vous.semblez envier le salaire de l infirmiere...pourquoi ne prenez vous pas.le.risque de vous mettre en France a votre compte, travailler sans filet en cas d accident, d hospitalisation, mqladie (sauf a prendre une prevoyance que vous payez de votre poche...meme si y a un pseudo dispositif Madelin...) faire 60h par semaine?
Voila..j en avais juste marre des pisse vinaigre envieux.et nauseabonds.

Quant aux infirmieres que je cotoie dans mon travaol tous les jours dzas le cadre de votre securite...a savoir mutuelle, prevoya ce, rc...et dont je connais du coup la penibilite du travail aussi... Je vous tire mon chapeau et vous remercie d exister parce que c est avec honnetete que je vous confie : '' car moi...malgre tout l amour de mon prochain et de l humain que j ai.... Je ne tiendrai pas trois mois dans vos cas ''

Je vous envoie plein de tendresse
Moi qui ai fait le choix apres quelque temps en liberal dans les assurances de repasser dans le confort du salarial

Enregistrer un commentaire

Merci pour le petit mot ! ^^